Etude de La Peste

Considéré comme l’un des plus grands philosophes de l’après seconde guerre mondiale, Albert Camus fait paraître son deuxième roman, La Peste en 1947, tragédie en cinq actes qui relate la dévastation de la ville d’Oran par la peste dans les années 40.

 

Le roman

La Peste d’Albert Camus a pour trame de fond, la ville d’Oran aux prises avec la peste qui décime tout sur son passage, et a pour personnage central, le médecin Rieux qui se consacre à venir en aide aux autres avec deux autres personnages, un prêtre et un journaliste qui tentent d’aider leurs semblables chacun à leur façon. Son œuvre mêle plusieurs idées, la prise de conscience de l’absurde, la révolte ainsi que la solidarité. Les mots utilisés par Albert Camus pour décrire la ville d’Oran sont assez sévères. Il y présente la laideur, la fragilité face aux éléments et le manque de caractère de la ville d’Oran dans laquelle se déroule le roman. La nature désertique, sans âme, vulnérable crée un sentiment de tristesse et de désolation, est rehaussée par le plaisir fugace de retrouver les eaux de la mer lors du bain de Rieux et Tarrou.

 

Les thèmes abordés par La Peste d’Albert Camus

L’écrivain met en exergue le combat contre l’injustice grâce au personnage de Rieux, qui, face aux cris, larmoiements et plaintes, témoigne, tient à faire connaître la lutte menée par l’homme face à la maladie, face à son destin, parle pour que les morts ne soient pas oubliés et s’exprime sur la condition humaine en montrant qu’en tout homme, il y a plus de choses admirables que méprisables et que même mort, un homme doit recevoir tout l’honneur qui lui est dû.

 

Camus s’intéresse également au combat et à la victoire, en montant à quel point elle peut être fragile. En effet, face à la peste implacable et inlassable, le combat est rude et n’est pas gagné, mais nécessite d’insister, d’être continué. Pour que le combat puisse être mené jusqu’à son terme, la prise des armes illustrée par la révolte est nécessaire.

 

La prise de conscience est un autre aspect du roman. Car, si dans la troisième partie, les cris d’allégresse montrent à quel point les habitants n’ont pas conscience du danger, l’écrivain met en opposition la menace toujours présente et réelle, mais tapie, attendant son jour et la nécessité d’une prise de conscience. Les cris de joie se mêlent aux souvenirs de cris d’agonie de Rieux et rappellent à quel point, même lorsque tout semble aller pour le mieux, la menace est toujours là, juste tapie, endormie quelque part, mais pouvant se réveiller à tout moment.

 

Analyse de La Peste d’Albert Camus

Dans son œuvre, Albert Camus fait état de la condition humaine prisonnière de son destin, illustrée par la terrible peste, maladie redoutée pour ses effets dévastateurs. La peste ou l’expérience de la détresse humaine. Dans la ville d’Oran envahie par la peste, l’homme n’est plus, il devient souffrance. La peste est à la fois symbole chimérique, symbole mystique et représentation intemporelle du nazisme, de l’occupation allemande. Face à la peste, la résistance, la résistance face à la détresse, la résistance grâce à la solidarité collective initiée par Rieux. Cette résistance, cette solidarité illustre bien la résistance face au nazisme (peste), face à l’occupation allemande.

 

Par ce fléau qu’est la peste, Albert Camus veut illustrer la terreur et la tyrannie combattues par la résistance. Mais la terreur et la tyrannie n’auront pas le dessus en restant dans le déni, l’ignorance, l’absurde. Les hommes seront contraints à un éternel recommencement s’ils ne se révoltent contre la peste (terreur, tyrannie). Même s’ils restent impuissants face à la peste, ils doivent se révolter, prendre conscience de la menace.

 

Si aujourd’hui, l’occupation allemande n’est plus qu’un fait du passé, le roman d’Albert Camus s’applique toujours à la condition humaine, au combat entre la solidarité humaine, la révolte contre la terreur, la tyrannie, même lorsque l’issue est incertaine. Dans son roman, l’écrivain montre bine les différents comportements que les hommes ont face au mal, comportements qui peuvent être parfois absurdes, car le mal est une chose sur laquelle l’homme n’a aucune prise, qui limite l’action de l’homme et doit être acceptée.

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • la peste camus personnages
  • la peste analyse
  • albert camus la peste analyse
  • analyse de la peste de camus
  • analyse la peste
  • albert camus la peste étude
  • analyse de la peste
  • la peste commentaire
  • albert camus la peste commentaire
  • commentaire la peste camus